Le Principe de la Biscotte

Le principe de la biscotte est simple, il s’agit de ne jamais tomber coté beurre. Vous avez tous connus cette petite biscotte, qui choit malencontreusement de votre table à votre parquet, mais qui par un heureux hasard, atterrie du bon coté. Cette prouesse n’est pas le fruit du hasard, certaines biscottes sont simplement sur entraînées pour faire face à ce type de situation. Veuillez noter que, compte tenu du cycle de vie d’une biscotte, un atterrissage coté beurre représente environ 90% des situations à risques potentiellement rencontrées. On a donc affaire à une biscotte quasi parfaite.

Mon Parcours de Biscotte

Je qualifierais mon parcours d’atypique. Petite biscotte que j’étais, à 18 ans, bac L en poche, je m’apprête à choisir la voie royale. Galvanisée par l’obtention d’une mention, je m’inscris en classe préparatoire littéraire. Rentrée 2007, ma première chute, en Hypokhâgne au Lycée Claude Monnet à Paris. Si vous ne le saviez pas, c’est là que le groupe BB brune s’est formé, mais ce n’est qu’une anecdote. Rencontrer tous ces étudiants qui n’avaient connu que du succès dans leurs études et qui avaient décrochés une mention très bien sans effort au bac a été pour moi une sorte de “douche froide”, et une confrontation avec un monde jusqu’alors inconnu. Petite biscotte de banlieue parisienne à l’ambition naissante, je n’étais pas préparée à un tel “clash social”. Parallèlement à cela la vision plutôt obtue de la littérature que m’offrait cette formation acheva de me décevoir.

Mais, retournement de situation, après 3 mois passés en prepa, je revoie mes ambitions. Pas à la baisse, mais simplement vers ce qui me faisait vraiment envie. Je m’inscrit alors en première année de droit à la Sorbonne Panthéon. Une des meilleures facultés dans le domaine. J’obtiens ainsi, en 6 mois et non sans efforts, la validation de cette premiere année. Ainsi, au prix de nombreuses nuits blanches et de weekends à la bibliothèque, en 2008 j’entre en deuxième année de droit. Cette deuxième année fut laborieuse, le rythme intense et les deux heures de transports matin et soir entre mon domicile et la fac auront eu raison de moi, moi, qui ambitionnais de devenir présidente de la République (véridique), en fait ce n’était pas ma tasse de thé.

Qu’a cela ne tienne, virage à 360, je fais un point sur ma situation. Après des études littéraires j’ai de bonnes capacités en expression écrite ou orale, en droit j’ai développé un vif esprit de persuasion. Le commerce me semble alors une voie toute indiquée et avec de bonnes perspectives d’avenir compte tenu de l’état du marché. En 2010 me voici repartie sur les rails. Je m’inscris à un BTS MUC (Management des Unités Commerciales) et j’exerce le métier de vendeuse dans une boutique Orange, en alternance. Je suis plutôt douée et appréciée des clients. Nous avons une équipe de 3 vendeurs, soudée comme les doigts de la mains, une main à trois doigts donc… A force de travail nous remportons un challenge national qui nous permet de partir en voyage une semaine au Venezuela. De belles amitiés naissent par ailleurs à cette occasion. J’obtiens mon BTS en 2012 et enchaîne, malgré mon “retard scolaire”, parfois difficile à assumer, sur une licence Marketing.

En Marketing, la clé de la réussite, c’est la spécialisation. J’opte pour le web : de belles perspectives d’avenir et un sujet passionnant, tout ce qu’il me faut. Je fais mes premières armes toute seule. Mon meilleur ami à l’époque est le Site du Zero, devenu aujourd’hui Open Classroom. J’y apprends le fonctionnement du web, le HTML, le référencèrent. Bientôt je passe à la pratique au sein de l’association Sampler Music afin de refondre sa stratégie web et de rebooster son activité. Je cherche et recrute une équipe de bénévoles pour la partie off et one line. Certains sont chargés de se rendre sur le terrain pour réaliser des interviews d’artistes et alimenter le magazine de l’association. D’autres m’épaulent dans la refonte du site. Graphistes, développeurs, professionnels du web, je gère et organise le travail d’une véritable petite escouade pendant un an. A ce moment je comprends aussi que j’ai l’âme d’un manager.

En 2013, je repars sur 2 années supplémentaires d’études en m’inscrivant à un master Webmarketing. J’obtiens un poste de responsable de la communication online chez Carrieres Juridiques, une start-up spécialisée dans l’emploi, aujourd’hui rachetée par le groupe Leaders League, présent à la French Tech 2014. Un petit retour à mes premières amours. Je prends en charge les réseaux sociaux, une partie des campagnes mails et du webmastering du site. J’y apprends aussi le fonctionnement d’une start-up. Tout ce passe à merveille, mais au bout de quelques mois j’aspire à des fonctions plus managériales. Février 2014 c’est la consécration. Je suis recrutée comme chef de projet web pour la prestigieuse agence Havas. J’y travaille pour le compte de clients de renom comme BETC, Total, EDF, Michelin ou encore la Marine Nationale. Je me sens comme un poisson dans l’eau. Je mène les projets à bien, mobilise les équipes techniques pour remettre à temps les livrables. Malgré les difficultés techniques, j’arrive à rebondir, à chercher et trouver les solutions ou les personnes permettant de débloquer la situation. Et un soir j’ai la fierté de montrer à mon père le plan média réalisé en partie par mes soins, et paru dans la presse nationale le matin même.

Pour ma deuxième année de master, bien que l’envie me manquait de quitter Havas, celle de quitter Paris fut plus forte. Je m’installe à Bordeaux et profite du soleil et de la douceur de vivre de la région. J’y exerce alors le métier de chef de projet web au sein du groupe Pichet, 9 ieme promoteur immobilier français. Je me passionne pour la voie que j’ai choisie. Je veux tout connaître et tout savoir faire. Je m’essaye à la PAO et, après des débuts difficiles, à force de m’exercer, entre autre à refaire le CV de tous mes amis, je n’ai désormais plus d’appréhension face au monstre Adobe. Les langages informatiques me fascinent également et à mon petit niveau je développe de bonnes capacités en HTML et CSS, bientôt suivi par J Query et PHP. Je créais alors sur mon temps libre des sites, comme celui de Marjorie, pour progresser, mais aussi pour aider mes amis !

Aujourd’hui jeune biscotte accomplie et heureuse, malgré une chute a priori vertigineuse, je suis fière après moult retournements de situation, de ne pas avoir atterrie coté beurre.

Petite biscotte est devenue grande ! Master en poche et contrat pro terminé, je suis maintenant à la recherche d’un emploi. Cependant, cette recherche ne m’empêche pas de mener des activités parallèles ! Toujours sur le qui-vive, je conçois et réalise des supports digitaux en tant qu’auto-entrepreneur, cela me permet de continuer à progresser tout en occupant mon temps de manière captivante. Un autre projet, plus à long terme, me tiens également à cœur : celui de m’intégrer au tissus associatif Bordelais. En effet, si le secteur d’activité que j’ai choisi me passionne, j’aimerais également partager mon expertise bénévolement, dans une optique pédagogique, avec la volonté de rendre mes compétences utiles. A l’heure ou le web est de plus en plus présent, et l’école en retard sur le sujet, j’aimerais pouvoir animer de petits ateliers autours du numérique à destination du jeune public. Je pense en outre qu’un telle démarche pourrait me permettre de mieux comprendre le comportement et l’approche du numérique, de ceux qui constitueront les clients de demain.

Mieux me connaitre

Ce que j’aime ‘<‘3 Ce que je n’aime pas :(
dinoLes dinosaures, Jurassic Park, c’est mon rêve ! fin-universNe pas savoir où l’univers se termine, et où il commence…
aperoPrendre l’apéro avec mes amis et refaire le monde ! heureEtre en retard, attendre quelqu’un qui est en retard, grrrr
pokeballLes Pokemons, attraper les tous! jeuxPerdre à un jeu de société
chateauChanter les Disney, c’est l’histoire de la vie ! filmLe film Mulholland Drive de David Lynch : rien compris !
triforceZelda, Hyrule n’a pas de secret pour moi chipsLes chips, car les chips, c’est le mal.

Pourquoi me recruter ?

Mes anciens collègues vous dirons que ma bonne humeur est surement ma qualité première. Il est vrai que je mets un point d’honneur à entretenir des bonnes relations au travail comme à la ville. Je suis une personne sociable, j’aime échanger les points de vue, les avis, les compétences et aussi les blagues. C’est entre autre pour cela que j’aime mon travail, échanger avec différents corps de métiers et différentes personnes est toujours un enrichissement professionnel et personnel mais aussi un challenge.

La notion de challenge est d’ailleurs quelque chose que j’affectionne dans mon travail. Héritage de ma formation commerciale. C’est pour moi une manière de ne jamais me reposer sur mes acquis, de toujours vouloir plus et mieux. Bien sur, cela comporte son lot de déception car on ne peut pas être toujours à la hauteur de ce que l’on ambitionne, mais on peut toujours s’améliorer. C’est ce que je garde toujours en tête. C’est ce qui m’a mené de l’hypokhâgne au master web-marketing, de Paris à Bordeaux, c’est ce qui me fait toujours tomber coté pain !

Voila pourquoi à force de travail, au cours des rencontres et ma curiosité passant par là, j’ai réussi à me former sur différentes compétences. J’ai appris les bases des métiers que je côtoies au quotidien dans mon travail et la capacité de m’adresser avec efficacité à chacun d’entre eux.

Je suis une sorte de petit couteau suisse : capable de broder quelques lignes de code ou de texte, d’intervenir sur de la PAO, d’exprimer un besoin à des développeurs ou des commerciaux comme d’analyser les chiffres d’une campagne mail. Je ne prétends pas être experte dans tous les domaines bien sur, mais simplement être capable de trouver les solutions aux problèmes auxquels tout projet peut faire face.

Téléchargez mon cv

La vérité sur la Biscotte

La chute de la biscotte est réputée se terminer, dans 90% des cas minimum coté beurre. Dans ces conditions, comment être serein à cette étape cruciale que représente le petit déjeuné ? Sommes nous réduit à subir indéfiniment cette fameuse loi de Murphy ? Pour le savoir, le magazine scientifique de la BBC “QED” avait déjà mené des investigations sur le sujet en 1991. C’est vous dire son importance. Un gigantesque lancé de tartines à donc été organisé. Sur 300 biscottes, 148 ont réussi leur atterrissage et 152 sont tombées coté beurre. Une partie du mystère fut donc levé, la loi Murphy ne s’applique pas à la chute de la biscotte.

Mais alors pourquoi cette légende urbaine de biscotte tombant fatalement coté beurre ? Et bien c’est simplement la loi de la gravitation ! C’est elle qui va définir le coté sur lequel votre biscotte va tomber. En plus de la gravité, 3 facteurs vont entrer en compte dans le destin de votre biscotte: la position de la biscotte au moment de la chute,la hauteur de la table, et donc de la chute et enfin, le format de la biscotte.

Idée reçue

Malgré les on-dits, le beurre qu’on peut estimer à environ 10% du poids de la biscotte, n’entre que très peu en jeu quant au coté que celle ci choisira pour atterrir. Quid de la confiture me direz-vous…

astuces

Arrêtez de mangez des biscottes, préférez une tartine standard. Grillez le pain et tartinez le avec force et convictions . La forme convexe de la tartine influencera le sens de sa chute et évitera le drame.

Mon profil vous intéresse ? Contactez moi !

lucile.bullou@gmail.com